Expulsions – sans relogement – des réfugié.e.s Tibétain.e.s

Le 17 juillet 2019, le maire de Conflans Sainte Honorine a signé un arrêté d’expulsion des réfugié.e.s Tibétaine.s qui avait installé leur campement de l’autre coté de la passerelle sur la Seine.
Ni sur l’arrêté d’expulsion, ni dans dans la volonté du maire ne sont proposées des solutions de logement pour les personnes ayant trouvé cette seule solution pour être à l’abri.

A défaut d’exécution de la présente injonction dans les délais imparti (48 heures), il sera procédé à l’évacuation forcée de tout les occupants, si nécessaire avec le concours de la force publique.

Comme indiqué dans l’arrêté d’expulsion, il y avait des enfants présents dans ce campement, mais cela n’a pas empêché le maire de signer cet arrêté, sans se préoccuper de savoir où ces gens pourraient aller.

Les Tibétain.e.s qui viennent à Conflans fuient la dictature Chinoise, sous peine d’arrestation ou de disparition pure et simple.

Réfugié.e.s Tibétain.e.s fuyant la dictature Chinoise : dégagez, Conflans n’est pas pour vous.

Fermer le menu